Université de Limoges

Suivez-nous sur Facebook Twitter


Ouvrières des lettres

Ellen Constans - 2007

25€ Disponible uniquement en pdfAcheter

Nos ouvrages indisponibles en version papier peuvent être achetés en format numérique sur le site web du Comptoir des presses d'universités

Acheter au format numérique

Nos ouvrages peuvent être commandés :
- chez votre libraire
- sur le site du comptoir des presses d'universités : http://www.lcdpu.fr
- ou, à défaut, directement aux PULIM en téléchargeant le bon de commande

« Ouvrières des Lettres ». De qui et de quoi s’agit-il ? De ces quelques centaines de romancières qui, sous la Troisième République alimentaient en feuilletons et en volume des quotidiens, périodiques, illustrés, collections de gros romans à 65 centimes de 32 ou 64 pages ?
Qu’elles écrivent pour enfants, jeunes filles, femmes du peuple ou dames du monde, qu’elles signent dans la presse et les éditions catholiques ou dans les journaux ou collections à destination des classes populaires, elles travaillaient à la chaîne et, le plus souvent, sur commande ; productivité oblige, les titres s’accumulaient au fil des années et des mois. Inlassablement, elles écrivaient des histoires d’amour pour « préparer les jeunes personnes au mariage » ou des récits dramatiques où des malheurs s’abattaient en rafales successives sur des victimes pitoyables et héroïques jusqu’au dénouement toujours heureux. Elles-mêmes se désignaient comme « ouvrières des Lettres ».
Elles ont emporté leurs œuvres dans l’oubli. On a voulu savoir qui elles étaient car c’est avec et par la formidable expansion de cette littérature industrielle que les femmes sont devenues des professionnelles de l’écriture romanesque.
Parvenaient-elles à vivre de ce métier ? Comment étaient-elles appréciées de leurs dizaines de milliers de lectrices ?
La critique institutionnelle les ignore ou les traite avec un mépris que partagent leurs confrères, romanciers populaires. La plupart, mais pas toutes, signaient d’un ou de multiples pseudonymes mais ne se travestissaient pas systématiquement en hommes : le recours au pseudonymat pouvait aussi être un jeu ou une obligation professionnelle. L’oubli et les jeux de cache-cache rendent la quête parfois incertaine, ses résultats parcellaires ; on a voulu ouvrir des pistes dans un domaine encore peu exploré.


 

Sommaire

 

Collection Mediatextes
Année de publication 2007
Langue Français
ISBN10 2-84287440-7
ISBN13 9782842874407
Format Livre broché
Pages 177
Discipline Littérature

Nous vous suggérons aussi


Powered by OrdaSoft!