Université de Limoges

Suivez-nous sur Facebook Twitter


Dieu et le roi - La répression du blasphème et de l'injure au roi à la fin du Moyen Age

Jacqueline Hoareau-Dodinau - 2002

25€ Acheter

Nos ouvrages indisponibles en version papier peuvent être achetés en format numérique sur le site web du Comptoir des presses d'universités

Acheter au format numérique

Nos ouvrages peuvent être commandés :
- chez votre libraire
- sur le site du comptoir des presses d'universités : http://www.lcdpu.fr
- ou, à défaut, directement aux PULIM en téléchargeant le bon de commande

Avant d’être regroupés à la fin du Moyen Age dans une même incrimination, la lèse-majesté divine et humaine, blasphème et injures au roi ont fait l’objet d’une répression séparée. Les premières ordonnances royales réprimant le blasphème datent des XIIe et XIIIe siècles, époque où la royauté française cherche à se présenter comme l’héritière des rois hébreux. En réprimant le blasphème, le roi français se pose en fidèle gardien d’une nouvelle alliance conclue directement entre Dieu et le royaume : une telle prétention contribue à renforcer l’indépendance de la couronne face aux volontés hégémoniques de l’empereur et du pape.
Un roi ainsi conforté doit bénéficier d’une protection particulière. Pour y parvenir, les agents royaux vont mettre en avant le vieux crimen maiestatis du droit romain, mais en s’attachant davantage aux effets qu’au contenu de cette incrimination ;  progressivement, la justice royale va ainsi parvenir à incriminer les paroles injurieuses.
Les lettres de rémission du trésor des Chartes en révélant des détails précis sur la manière dont les sujets du roi envisagent les institutions, montrent que les constructions savantes ne sont qu’imparfaitement  comprises par le peuple. En matière de blasphème, il n’éprouve manifestement pas les mêmes scrupules qu’un saint Louis même s’il a bien intégré que cette pratique peut être condamnable. L’analyse des rémissions révèle toute l’étendue du pouvoir miséricordieux d’un prince qui, puisqu’il est l’intermédiaire entre Dieu et les hommes, peut tout pardonner.

 


 

SOMMAIRE


PREMIÈRE PARTIE : L'HONNEUR DE DIEU

Chapitre 1 : L'image savante du Blasphème
I. Les fondements de la législation répressive
- les théories politiques
- le péché de blasphème
II. La répression du blasphème
- le crime de blasphème
- la punition du blasphème

Chapitre 2 : L'image populaire du blasphème
I. Blasphèmes et blasphémateurs dans les lettres de rémission

- les paroles blasphématoires
- le portrait du blasphémateur
II. La grâce royale source de Salut
- la stratégie du rémissionnaire
- les conditions d'octroi de la grâce

DEUXIÈME PARTIE : L'HONNEUR DU ROI

Chapitre 1 : La protection de l'institution royale
I. Les sources

- la protection du princeps
- la protection du lieutenant de dieu
II. La mise en œuvre des principes
- les allusions à la majesté royale dans les actes de la pratique
- l'évolution de la protection de la majesté royale

Chapitre 2 : Les injures au roi, miroir de l'opinion populaire
I. Le contenu des injures au roi
- le choix du roi
- le gouvernement royal
II. La répression de l'injure au roi
- la mise en œuvre
- le jeu de la rémission

Annexes
- annexe 1 : la législation royale contre le blasphème
- annexe 2 : sanctions prévues contre le blasphème
- annexe 3 : pièces justificatives
Sources et bibliographie
Index



 

L'auteur

Jacqueline Hoareau-Dodineau, docteur en droit, est Professeur d'Histoire du droit à l'Université de Limoges.


Collection CIAJ n° 8
Année de publication 2002
Langue Français
ISBN10 2-84287-255-X
ISBN13 9782842872557
Format Livre broché
Pages 360
Discipline Droits, Sciences éco, gestion

Nous vous suggérons aussi


Powered by OrdaSoft!