Université de Limoges

Suivez-nous sur Facebook Twitter


Monde(s) en mouvement - Mutations et innovations en Europe à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance.

Muriel Cunin, Martine Yvernault (dir.) - 2012

25€ Acheter

Nos ouvrages indisponibles en version papier peuvent être achetés en format numérique sur le site web du Comptoir des presses d'universités

Acheter au format numérique

Nos ouvrages peuvent être commandés :
- chez votre libraire
- sur le site du comptoir des presses d'universités : http://www.lcdpu.fr
- ou, à défaut, directement aux PULIM en téléchargeant le bon de commande

Fondé sur une approche transdisciplinaire, cet ouvrage réunit les études produites lors d’une rencontre internationale par des chercheurs engagés dans une réflexion sur l’articulation entre la fin du Moyen Age et le début de la Renaissance en Europe. Cette articulation ne s’exprime pas en simples termes d’une rupture entre deux époques mais prend la forme, à la fois plus riche et plus complexe, d’un passage impliquant des mutations – plus ou moins bien négociées – dans des champs d’activité et de création aussi divers que : la représentation du temps et de l’espace, les changements linguistiques, les innovations techniques au service de l’art, de l’architecture, de la littérature. Ces mutations reflètent un nouveau rapport à l’histoire dans une période de grande mobilité marquée par des découvertes scientifiques, des explorations géographiques et des nouvelles configurations géopolitiques.


Sommaire

Introduction, Martine Yvernault

Première partie: Mutations linguistiques et humaines ; mentalités

Lexical Innovation in English at the End of the Middle Ages, Stephen Morrison

Les mondes en mouvement de Thomas Bradwardine, Edit Anna Lukas

Le passage du mystère à la tragédie en France, Corinne Meyniel

« The World is Variable »: expressions du passage et de la précarité dans la littérature anglaise de la fin du Moyen Age, Claire Vial

Deuxième partie : Territoire(s) et Nouveau(x) Monde(s)

Les chroniqueurs vénitiens face à la grande mutation de la fin du Moyen Âge : Marino Sanudo et Girolamo Priuli dans la tourmente, Bernard Doumerc

The Renewal of Early Modern Foreign Politics from Machiavelli to the Venetian Envoys, Raniero Speelman

Exotismes esthétiques extrême-orientaux, entre Moyen-Age et Renaissance, Georges A. Bertrand

Sir Walter Raleigh, The Discovery of Guiana : monde nouveau, mythes anciens, Josseline Bidard

L’image des Amériques à la Renaissance, Corin Braga

Troisième partie :Visages du temps et de l’espace

Temps nouveau, espace nouveau dans les Lettres familières de Pétrarque, Laurence Pradelle

Dynamiques et formes spatio-temporelles « médiévales ». Les Jugements Derniers, Astrid Guillaume

Sir John Mandeville, innovateur paradoxal, Fanny Moghaddassi

La dynamique de la guerre de Cent Ans à travers la prédication pro rege, Catherine Royer-Hemet

Les mutations de l’espace-temps dans les pièces historiques anglaises de Shakespeare, Jean-Marc Chadelat

L’évolution de la perception de l’espace dans quelques recueils narratifs entre 1460-1583, Tamara Valčić-bulić

« In the middest » : Temps et espace dans The Faerie Queene (1590), Laetitia Sansonetti

Horloges et cloches : la représentation de la mesure du temps dans l’œuvre de Rabelais, Emmanuelle Lacore-Martin

Quatrième partie : Perception du monde ; techniques et expression artistique

Performing Legitimacy in the 1530s : Medieval Poetry and King Henry VIII, David Matthews

Du manuscrit à l’imprimé : une entrée bouleversante dans la galaxie Gutenberg, Sophie Cassagnes-Brouquet

Optique arabe et réception anglaise dans le second XVIe siècle : faillite de l’approche cinématique de l’histoire des sciences, Anne-Valérie Dulac

Elizabethan and/or Jacobean Style: Continuity and Changes in Early English Renaissance Garden Sculpture, Armelle Sabatier

Arkitektonike tekne: Time, Aesthetics and Technical Change in Vasari’s Lives, Roy Eriksen

Les tours urbaines : particularité du Moyen Age, tabou de la Renaissance ? Quelques réflexions basées sur la cas bruxellois, Bram Vannieuwenhuyze

Les recettes de bleu dans les textes alchimiques, Antony Vinciguerra

L’évolution des couleurs et de leurs significations au Moyen Age à la lumière de quelques textes moyen-anglais, Agnès Blandeau

« Le jardin d’Eros et Harmonie », Massimo Privitera

Le Dodekachordon de Glarean (1488-1563) comme nouveau paradigme esthétique musical de la Renaissance, Fabien Delouvé

Du temps médiéval à la mesure du temps, Maya Suemi Lemos

Conclusion, Muriel Cunin


Le premier chapitre concerne les « mutations linguistiques et l’histoire des mentalités ».

Stephen Morrison se penche sur les innovations et emprunts lexicaux qui enrichirent la langue anglaise à travers la lecture de textes religieux de la fin du XVe et du début du XVIe siècle.

Edit Anna Lukàcs examine les conceptions médiévales du monde à travers les théories de Bradwardine et, en particulier, son hypothèse de l’existence d’un espace imaginaire infini et de mondes multiples.

La transformation des genres dramatiques religieux au XVIe siècle, le passage du mystère à la tragédie et l’émergence de la sécularisation sont analysés par Corinne Meyniel, et Claire Vial propose une réflexion sur le passage exprimé de manière négative par la variabilité et l’errance, problématiques inspirant souvent la littérature du Moyen Age anglais.

Le deuxième chapitre est consacré aux « territoire(s) et nouveau(x) monde(s) ».

L’approche des territoires concerne non seulement l’espace européen, par exemple Venise, les cités italiennes et les relations avec les Ottomans (Bernard Doumerc, Rainero Speelman), mais aussi le « vaste monde », l’Extrême-Orient (Georges A. Bertrand), le Nouveau Monde et la perception de l’espace et de l’autre encore souvent ancrée dans les définitions médiévales (Josseline Bidard, Corin Braga).

L’espace – en lien avec le temps – fait l’objet d’analyses spécifiques dans le troisième chapitre : « Visages du temps et de l’espace ».

Laurence Pradelle livre une étude sensible des Lettres familières de Pétrarque qui contrastent temps social et temps personnel et inscrivent le parcours spirituel dans le traitement du paysage.

D’autres espaces, d’autres temporalités – l’au-delà et les temps eschatologiques – sont l’objet de la contribution d’Astrid Guillaume.

Fanny Moghaddassi s’intéresse aux Voyages de Mandeville et souligne l’usage novateur et les enjeux politiques de sources et de textes compilés.

Plus ancrées dans la réalité, les études de Catherine Royer-Hémet, Laetitia Sansonetti, Jean-Marc Chadelat et Tamara Valčić-Bulić ont trait au rapport entre l’espace, le politique et le temps.

Du temps et de sa mesure, précisément, Emmanuelle Lacore-Martin donne une vision plus technique en se concentrant sur les instruments de mesure miniaturisés (horloges, montres) qui pénètrent dans l’espace privé distinguant ainsi temps personnel et temps social.

Cette approche mécanique du temps sert de transition au dernier aspect envisagé dans ce volume, « Perception du monde ; arts et techniques », consacré aux manifestations matérielles de la mutation.

C’est à un véritable parcours d’exploration des sciences et techniques,  nouvelles ou en évolution constante depuis l’Antiquité, que nous convient les contributeurs de ce chapitre qui s’efforcent de montrer le lien entre ces techniques et le signifié spirituel, humain, politique ainsi que les implications économiques.

David Matthews et Sophie Cassagnes-Brouquet réfléchissent sur les conséquences de l’essor de l’imprimé sur les textes manuscrits et les métiers qu’ils généraient.

L’optique – science si importante non seulement d’un point de vue technique et médical mais impliquant des conceptions modifiées du théâtre et de l’esthétique – est remarquablement analysée depuis l’Antiquité par Anne-Valérie Dulac.

On lira avec profit une étude sur les nouveaux aménagements des jardins anglais au XVIIe siècle et leur influence sur l’art dramatique.

A travers une réflexion sur le dôme de saint Pierre, Roy Eriksen se penche sur l’impact de l’évolution technique sur les représentations architecturales dans la description du dôme par Vasari.

Bram Vannieuwenhuyze traite un aspect particulier de l’architecture – les tours urbaines, leur forte présence dans la ville médiévale et le déclin de leur construction au XVIe siècle.

Les couleurs, leur signifié symbolique – notamment dans l’alchimie – tout autant que leur rôle dans la vie quotidienne, sont examinées par Agnès Blandeau et Antony Vinciguerra.

 

 

Collection Espaces Humains
Année de publication 2012
Langue Français
ISBN10 2-84287-577-0
ISBN13 9782842875770
Format Livre broché
Pages 388
Discipline Littérature

Nous vous suggérons aussi


Powered by OrdaSoft!