Université de Limoges

Suivez-nous sur Facebook Twitter


Quand la Grande Guerre s'invite à Brive 1914 - 1917 - Histoire de deux hôpitaux de l'arrière

Jérémy Brunet - 2014

25€ Acheter

Nos ouvrages indisponibles en version papier peuvent être achetés en format numérique sur le site web du Comptoir des presses d'universités

Acheter au format numérique

Nos ouvrages peuvent être commandés :
- chez votre libraire
- sur le site du comptoir des presses d'universités : http://www.lcdpu.fr
- ou, à défaut, directement aux PULIM en téléchargeant le bon de commande

Brive, dimanche 30 août 1914 : la population attend, fébrile, l’arrivée de « ses » premiers blessés de guerre. « Un spectacle à la fois pénible et grandiose » l’attend. Brive entrevoit les premiers indices du drame qui se joue déjà sur le front. Les hôpitaux corréziens accueillent des soldats martyrisés par l’armement moderne de cette première guerre de masse industrielle. Très vite on s’organise pour porter assistance à ces hôtes exceptionnels nimbés de prestige. Une vague de générosité les enveloppe. Elle ne sera pas de trop pour pallier aux insuffisances initiales d’un service de santé qui entame le conflit avec une doctrine de prise en charge erronée. À l’orée de la guerre, un dépôt de blessés s’installe dans la caserne Brune. Rapidement prise de court, la structure ne doit son salut qu’au soutien de la population civile. Au début de l’année 1915, un nouvel hôpital est aménagé dans le collège Cabanis. Son installation n’est pas exempte de rebondissements malgré l’élan de solidarité locale dont elle fait l’objet. Bien desservie, Brive fait partie intégrante du vaste dispositif d’hospitalisation militaire de l’intérieur qui se construit et évolue au fil de la guerre. L’intrusion soudaine des blessés et des hôpitaux affecte la vie quotidienne de la population civile. La générosité spontanée des premiers temps se trouve peu à peu confrontée au prolongement imprévu de la guerre. La situation s’éternise, l’endurance charitable locale s’étiole…

Les archives du fonds 1914-1918 du service des archives médicales et hospitalières des armées, du centre de documentation du musée du service de santé ainsi que la presse locale corrézienne ont permis de reconstituer l’histoire des hôpitaux militaires temporaires qui ont fonctionné à Brive et dans ses environs pendant la Grande Guerre.


 

Sommaire


Chapitre I.  Le Dépôt de blessés de la caserne Brune  et le système d’évacuations sanitaires

Section I : Le Dépôt de blessés de la caserne Brune : une réponse provisoire à une situation d’urgence (août 1914-janvier 1915)

Une solution transitoire imposée par un cas de force majeure

Un flot  ininterrompu de soldats évacués

L’hospitalisation chez des particuliers : une solution temporaire pour remédier à l’encombrement des formations sanitaires de l’intérieur

Une fois son devoir rempli, le dépôt de blessés de la caserne Brune « transmet le témoin »

Section II. Le commandement du Service de santé à l’échelon national

Section III. Doctrine d’évacuation : la volte-face du Service de Santé

La doctrine initiale : des évacuations sanitaires immédiates et massives vers les hôpitaux de la zone de l’intérieur

Le Service de Santé revoit sa doctrine

« Le Charleroi sanitaire » du Chemin des Dames

Section IV. Du front jusqu’à l’hôpital de l’intérieur : les étapes d’un long périple

La relève des blessés dans le no man’s land

Le poste de secours.

L’ambulance

L’hôpital d’évacuation (HOE)

La gare régulatrice

Le train sanitaire

La gare de répartition

L’hôpital de l’intérieur.

Section V. Le suivi des blessés tout au long de leur périple de soins.


Chapitre II  L’hôpital du collège Cabanis (décembre 1914-septembre 1917) et le dispositif d’hospitalisation militaire de l’Intérieur

Section I. L’évolution de la structure hospitalière du collège Cabanis (1914-1917)

L’Hôpital-Dépôt de Convalescents de Brive : une structure à double visage (décembre 1914-juin 1916)

L’hôpital complémentaire n° 41 post Hôpital-Dépôt de Convalescents : entre continuité et rupture (juin 1916-septembre 1917)

L’épilogue du 30 septembre 1917 : l’hôpital complémentaire n° 41 tire définitivement sa révérence

Section II. L’hospitalisation dans les hôpitaux de l’arrière

Section III. L’hôpital-dépôt de convalescents de Brive : lancement et fonctionnement quotidien d’un centre hospitalier temporaire de l’intérieur

Les premiers pas de la structure et de ses services de spécialités.

Une discipline militaire implacable

Le personnel soignant

 

Chapitre III  La population corrézienne, ses blessés et ses hôpitaux

Section I. Le premier contact

L’accueil réservé aux héros

Une générosité multiforme à canaliser

Section II. 1915-1916 : un mouvement charitable fédérateur qui se pérennise

Une ferveur qui se confirme et se développe

Une mobilisation solidaire commune aux allures de concrétisation de l’idéal d’Union Sacrée

Les ressorts d’une économie de la reconnaissance 265

Un devoir d’hospitalité : de « courageux et grands enfants » symboliquement adoptés par la communauté d’accueil.

Les fêtes charitables et patriotiques données en l’honneur des soldats hospitalisés

Les femmes se présentent en première ligne de cet assaut généreux

La mythologie du blessé de guerre

La mobilisation des organes de presse locaux

Une endurance solidaire sous conditions

Section III. 1916-1917 : quand les hôpitaux temporaires et les blessés de guerre cessent de produire du consensus : signes de lassitude et cristallisation des premiers soubresauts de l’ « Union Sacrée »

L’hôpital comme objet de discorde

Accoutumance, banalisation et lassitude

La figure pathétique du mutilé plonge la société dans l’embarras

Entretenir la flamme : pour que ce mouvement solidaire ne soit pas sans lendemain

 

Chapitre IV  Malades et blessés hospitalisés à Brive : victimes et témoins de l’expérience guerrière moderne

La dimension corporelle de l’expérience guerrière de 1914-1918

Section I. Victimes d’une violence guerrière paroxysmique

Les ravages de l’armement moderne ou le triomphe de la « bataille de matériel »

Des corps, des esprits et des hommes brisés par leur expérience de guerre

Le « trench warfare » et les conditions de survie inhérentes à une guerre de siège généralisée

L’infanterie comme seule et unique victime sacrificielle ?

En marge de la violence de guerre : les accidents

Section II. Les pathologies de la Grande Guerre

Le triomphe sur la maladie ?

Les épidémies de la Grande Guerre

Des organismes sollicités jusqu’à leur point de rupture

 

Chapitre V.  Des hôpitaux intégrés à la circulation des soldats évacués dans la zone de l’Intérieur

Section I. La place de Brive est reliée au réseau national d’évacuations sanitaires

Un nœud ferroviaire

Les victimes évacuées en direction de Brive

Section II. Brive au contact du front

Section III. Les évolutions du dispositif d’hospitalisation militaire vues à travers les évacuations sanitaires réalisées au sein de la zone de l’Intérieur

Un système de flux internes protéiforme

Des flux d’évacuations révélateurs des évolutions du dispositif d’hospitalisation

 

Conclusion

 

 

 

Collection Rencontre des Historiens du Limousin
Année de publication 2014
Langue Français
ISBN10 9782842876302
ISBN13 9782842876302
Format Livre broché
Pages 514
Discipline Limousin

Nous vous suggérons aussi


Powered by OrdaSoft!