Université de Limoges

Suivez-nous sur Facebook Twitter


Résolution des conflits. Jalons pour une anthropologie historique du droit

Jacqueline Hoareau Dodinau, Pascal Texier (dir.) - 2002

28€ Disponible uniquement en pdfAcheter

Nos ouvrages indisponibles en version papier peuvent être achetés en format numérique sur le site web du Comptoir des presses d'universités

Acheter au format numérique

Nos ouvrages peuvent être commandés :
- chez votre libraire
- sur le site du comptoir des presses d'universités : http://www.lcdpu.fr
- ou, à défaut, directement aux PULIM en téléchargeant le bon de commande

 

Le n° 7 des Cahiers de l’Institut d’Anthropologie juridique se veut une approche anthropologique de la résolution des conflits. Bien que s’appuyant sur la longue durée, il ne s’agit pas seulement d’une démarche historique ; certaines questions en effet, conservent, par-delà les siècles, une certaine actualité. Les précédents numéros des Cahiers de l’I.A.J. consacrés au pardon et à la culpabilité ont bien mis en lumière ce phénomène : les rémissions médiévales, par exemple, trouvent leur prolongement dans les travaux des commissions Vérité-Réconciliation d’Afrique du Sud ou d’Argentine. L’une des fonctions de l’histoire du droit ainsi renouvelée pourrait être d’attirer l’attention du législateur sur la permanence de tels questionnements. Que l’on songe par exemple au droit de la responsabilité qui s’affranchit chaque jour un peu plus de la faute et qui multiplie les occasions d’un traitement objectif pour des raisons qui sont toutes sont excellentes ; mais ne faut-il pas se souvenir aussi que c’est le chemin inverse que l’occident a parcouru quelque part entre le XIIe et le XIIIe siècle ? Quelle furent alors les raisons qui conduisirent à instaurer le primat de la faute et à refuser les solutions collectives ? Certaines d’entre elles, liées aux processus de sécularisation et de laïcisation ont conservé toute leur pertinence, mais est-ce bien le cas général ? On l’aura compris, l’I.A.J. refuse de s’enfermer à la fois dans une approche positiviste, par trop desséchante, et dans une approche historique qui n’aurait que l’érudition pour seul horizon.


 

Sommaire

- Philocléon et Bdélycléon. Réflexions aristophanesques et sérieuses sur la justice et le pouvoir dans un État démocratique (J.-P. Levet)

- La charte de Saint-Amant-Tallende de 1256 (P. Charbonnier)

- Quelques remarques sur la dignité de princeps à l’époque mérovingienne (511-751) (O. Guillot)

- Les statuts synodaux de Raoul, archevêque de Bourges (841-866). Originalité, « romanité » et portée (J. Péricard)

- Les convenientiae en Aquitaine : un vecteur de la mutation féodale ? (V. Fortunier)

- Les incapables majeurs en 1804 (J.-M. Plazy)

- La notion juridique de bon père de famille du XVIe au XVIIIe siècle (I. Céléa)

- L’arrêt Lemonnier, entre mythe et réalité (C. Deffigier)

- Une contribution à la pacification du Languedoc. La confédération dite de Rocamadour (1229-1240)  (P. Flandin-Bléty)

- Controverses juridiques autour de la Loi catalane de Politique Linguistique (LPL) du 7 janvier 1998 (Th. Gergen)

- Justices de la Nature et rituels ordaliques. Le verdict du feu chez les montagnards Kabyè du Togo (R. Verdier)

- L’image comme instrument de la connaissance du formalisme juridique  (Th. Buhler)

- Un assassin condamné à mort, puis gracié pour folie. Ses mémoires et ses dessins (Geel, Belgique,1844) (H. Platelle)

- Une forme de satisfaction à partie : l’image commémorative d’amende honorable à la fin du Moyen Âge (J.-M. Carbasse)

- Quelques aspects iconographiques du Vieux Coustumier de Poictou (Bibl. mun. Niort, ms. n° 18) (J. Hilaire)

- Le sacre dans les Grandes chroniques (Y. Le Gall)

 

Collection CIAJ n° 7
Année de publication 2002
Langue Français
ISBN10 2-84287-256-8
ISBN13 2-84287-256-8
Format
Pages 370
Discipline Droits, Sciences éco, gestion

Nous vous suggérons aussi


Powered by OrdaSoft!